SOMBREFFE

 

 

Sombreffe_int.jpg

 

Paroisse Notre-Dame de l'Assomption

Village principal de l’entité, Sombreffe compte plus de 3.000 habitants.

Son château dont certaines parties datent du Moyen Age, est son patrimoine historique le plus connu ; mais beaucoup d’autres bâtiments ont des histoires à raconter, comme, par exemple, la cure qui garde toujours fiché en ses murs un boulet de canon de l’époque napoléonienne.

Grande Procession

En souvenir d’une épidémie qui a épargné Sombreffe, tous les ans, le dimanche entre l’Ascension et la Pentecôte, a lieu la grande procession qui s’adresse à tous. Départ à 5h30 de l’église en transportant les statues.

Vers 7h30, messe à la chapelle du Bois, déjeuner et retour vers 10h30 à l’église.

Chapelet

Le chapelet est récité à 19 heures tous les soirs du mois de mai et tous les jeudis du mois de juin à la chapelle Valentin, au bout de la rue du même nom

L’église de Mont

175px-Sombreffe_JPG00-2.jpgDe l'examen de tous les documents compulsés, il résulte qu'une église existait à Mont en 1190. C'est à cette date en effet que Jacques d'Orbais, seigneur de Sombreffe, donna l'église de Mont à l'abbaye de Bonne-Espérance, aujourd'hui collège d'humanités situé à Vellereille-les-Brayeux (5 km de Binche). Jusqu'à la révolution française, des moines de Bonne-Espérance administrèrent la cure de Mont et même après la tourmente révolutionnaire, nos curés furent d'anciens religieux de cette abbaye jusqu'en 1807 environ.

Sous l'Ancien Régime, notre église portait le titre d'église majeure ou entière (Integra Ecclesia). Cette qualification en ferait remonter la fondation quelques siècles plus tôt, à l'époque de l'établissement des premières paroisses dans nos contrées.

L'église actuelle de Mont date de 1858. Elle a remplacé un autre édifice beaucoup plus ancien dont la tour s'est écroulée pendant un office. L'église actuelle est consacrée à Notre-Dame de l'Assomption (15 août) et le patron auxiliaire est Saint Laurent.

Le mobilier de l'ancien édifice a malheureusement été dispersé. Les magnifiques confessionnaux en chêne se trouvent aux Isnes, le Tabernacle à Suarlée, les autels latéraux en bois peint à Balâtre.

Elle est construite en style néo-gothique. Elle a conservé de son ancien mobilier, l'autel majeur, de style baroque qui date probablement du XVIIème siècle. Il est en marbre noir et blanc ; son aspect est imposant mais froid. Son retable central est orné d'un beau tableau représentant l'Assomption de la Sainte Vierge et signé Bonnet. C'est sous ce vocable que la Vierge est la patronne de la paroisse. La Chaire de Vérité, en chêne, de style Louis XV, est très intéressante. Son abat-voix est entouré d'une corniche d'un gracieux mouvement, harmonieusement moulurée et festonnée de lambrequins. Un beau départ soutient la rampe formée de rocailles artistement sculptées. Les panneaux galbés de la cuve sont rehaussés de moulures aux motifs délicatement ciselés. La décoration du dossier entourant la colonne contre laquelle la chaire est suspendue est plus sobre. Près des autels latéraux, deux armoires murales ont des encadrements en pierre, très anciens. Ils sont ornés de curieux motifs de style Renaissance entourant des écussons ravalés et des inscriptions en caractères gothiques très peu lisibles.

 

 

 

 Sombreffe.jpg